Vous êtes

Reconnaissance veineuse : l’avenir du paiement sans contact ?

Aujourd’hui, tout le monde connaît le paiement sans contact. D’abord expérimentée en Chine, en Corée du Sud et aux Etats-Unis dans les années 1990, cette technique de paiement s’est développée dans les années 2000, puis imposée un peu partout dans les années 2010. Certaines entreprises travaillent actuellement sur la reconnaissance veineuse… Une technique pour le moins surprenante.

reconnaissance veineuse

Jusqu’alors, le paiement sans contact permettait au consommateur d’effectuer des transactions financières accélérées grâce à des cartes bancaires, mais aussi des porte-clés, cartes à puce et smartphones (M-paiement). Limités à 20 ou 30€ le règlement des achats sans contact à déjà séduit de nombreux établissements bancaires et plus particulièrement les banques en ligne qui sont le plus souvent à la pointe de l’innovation. Tournées vers l’autonomie des clients et désireuses de faciliter la gestion et l’utilisation de leur argent les banques en ligne proposent gratuitement le paiement sans contact.

Nous avons retenu deux d’entre elles, Boursorama Banque et BforBank car elles offrent des moyens d’activation et de désactivation de l’option sans contact beaucoup plus simples à utiliser.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les cartes bancaires gratuites Boursorama banques et l’option paiement sans contact cliquez sur le bouton ci-dessous :

Découvrez Boursorama Banque

Dans cet article nous allons vous expliquer le concept de la reconnaissance veineuse en détails et vous communiquer notre avis sur ce sujet.

La reconnaissance veineuse : une nouveauté biométrique testée au Japon

La reconnaissance veineuse, en théorie, c’est très simple. C’est une technique biométrique, comme la reconnaissance d’empreintes digitales, ou la reconnaissance des rétines. Dans le cas de la reconnaissance veineuse, le client paye en posant son poignet ou sa main sur un lecteur. Ce dernier est doté d’un capteur, lui-même relié à un puissant algorithme, qui analyse les données en temps réel.

reconnaissance veineuseCette nouveauté biométrique existe déjà à petite échelle au Brésil. Là-bas, elle a déjà été mise en place par une des banques du pays, pour sécuriser certains retraits en cash.

Mais, comme beaucoup de nouveautés technologiques, c’est au Japon qu’elle va être testée comme moyen de paiement à grande échelle.

La banque japonaise Aeon, et l’entreprise Fujitsu, ont d’ores et déjà annoncé la mise en place des premiers tests, pour cet automne. Ceux-ci auront lieu dans une chaîne de commerces de proximité, Ministop.

Un processus dont les détails restent flous…

Les responsables de ces entreprises nippones sont confiants quant au succès de ce moyen de paiement. Selon un porte-parole de Fujitsu, le paiement sans contact par reconnaissance veineuse est plus sécurisé que le paiement par empreintes digitales. Toujours selon lui, les caractéristiques du chemin veineux sont uniques à chaque individu, et impossibles à répliquer… Donc impossibles à frauder.

Les entreprises annoncent cependant que, pour sécuriser davantage le processus, le consommateur devra fournir sa date de naissance. Une étape qui reste floue : comment, et à qui, le consommateur fournira-t-il cette date ? S’il doit la taper sur un clavier, tout le concept tombe à l’eau. S’il doit la fournir au vendeur, ce dernier doit alors la vérifier par un moyen ou un autre… Ce qui risque de prendre du temps. Et donc, là encore, de dénaturer la raison d’être du procédé.

La reconnaissance veineuse : un nouveau gadget, ou l’avenir du paiement sans contact ?

L’utilisateur japonais intéressé par ce moyen de paiement doit s’inscrire au préalable. Il doit enregistrer son « emprunte veineuse » dans un magasin Ministop, à l’aide d’une station spéciale. Mais, comme souvent avec la biométrie, cela pose de nombreuses questions. Qu’en est-il du traçage électronique des individus ? Les législations restent floues. Le corps humain est-il destiné à devenir un simple moyen de paiement ? La reconnaissance veineuse, est-ce un nouveau gadget destiné à être vite oublié… Ou le futur du paiement sans contact ? Seul l’avenir le dira.

Articles liés

Laisser un commentaire